Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 07:00

clip image001Association LIRE SOUS LE VENT

BP 2107 UTUROA RAIATEA

 

Le président

aux adhérents et sympathisants

dimanche 13 février 2011

Chers amis,

                Nous avons appris hier avec tristesse la mort de Jean-Marc Pambrun à Paris. Jean-Marc, c’était ce monsieur discret, au visage encadré de longues boucles grisonnantes, au parler mesuré et doux, qui nous faisait chaque année l’honneur d’être présent à notre Salon du Livre à Raiatea.

                Né en 1953, petit-neveu d’Aurora Natua – une des « mémoires » du pays –, diplômé en anthropologie, syndicaliste à l’AET à Paris (76-78), à la CSIP à Tahiti en 84, écologiste à Ia Ora Te Natura dont il est président de 91 à 97, directeur du Département des Traditions du Centre Polynésien des Sciences Humaines (limogé en 92 par le gouvernement Flosse pour s’être impliqué dans l’affaire Nu’uroa-Le Méridien), directeur de la maison de la Culture (1998-2000) et organisateur du Festival 2000 des chants et danses traditionnels, (il rend en mars 2000 un hommage à Henri Hiro pour lequel il est limogé un mois plus tard par son ministre de tutelle), et plus récemment directeur du Musée de Tahiti et des Îles, il a trouvé le temps d’écrire des livres aussi divers que Bambou Noir (2005), un récit romancé de ses années d’étudiant polynésien en France, L’Allégorie de la Natte (93), un essai d’anthropologie « vivante », ou La Nuit des Bouches Bleues (2002), une pièce de théâtre en octosyllabes classiques, et de très nombreux essais de socio-anthropologie, articles militants, poèmes et nouvelles publiés dans la presse locale et en particulier dans Tahiti Pacifique Magazine. C’était aussi un remarquable graphiste, spécialiste du dessin à l’encre de Chine, qui a souvent illustré lui-même ses textes, ou la couverture de ses livres.

                Son parcours « professionnel » montre assez à quel point les gens en place ne pouvaient se passer de lui et de ses compétences dans le domaine de la culture en général, et des rapports de celle-ci avec la culture polynésienne ; et aussi à quel point ses rapports avec le pouvoir furent une longue suite de conflits pour la liberté d’expression et la reconnaissance de l’identité polynésienne.

                Il restera, dans le sillage de Henri Hiro, un des artistes militants qui ont fondé le renouveau intellectuel polynésien, et la jeunesse du pays devra un jour prendre en compte tout ce qu’elle doit à la plume de Jean-Marc Tera’ituatini Pambrun.

Henri Theureau

htheureau@mail.pf

 

P.S. Pour plus de détails sur les nombreuses activités et la longue bibliographie de Jean-Marc Pambrun, je vous recommande le numéro 2 de Littérama’ohi.

Partager cet article

Repost 0
Published by SR - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

cristina 14/02/2011 19:06


merci pour ce vibrant hommage à JM Pambrun, (c'est choquant que sa disparition, perte incommensurable pour la culture mais aussi pour le progrès polynésien dans l'alchimie positive des ethnies,
soit si brièvement traitée en fin de journal des infos de Polynésie Première)


Présentation

  • : La Gazette de Raiatea et Tahaa
  • La Gazette de Raiatea et Tahaa
  • : Diffusion gratuite d'informations sur ce qui se passe à Raiatea et Tahaa
  • Contact

Donner la meilleure image de nos Îles

  

Carnet rose

Iaorana