Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 16:23

Le geste sûr, Karel Muller est capable de révéler en quelques minutes le « Tiki » qui se cache dans la pierre ou le bois. Originaire de Raiatea, cet artisan sculpteur a débuté dans le monde du travail comme plombier. « C’est en creusant des trous pour installer des cuves que je me suis mis à récupérer des racines et des souches que j’ai commencé à sculpter avec des gouges que je fabriquais avec des bouts de tuyaux » raconte t-il.

Karel-Muller.jpg 

Au début des années 2000, le travail dans le bâtiment se raréfiant, Karel  va abandonner le métier de plombier pour se consacrer entièrement à la sculpture.  Après les racines, dont les formes l’avaient tant fasciné et qui encombraient largement son fare, vinrent les morceaux d'arbres de toutes tailles dont certains imposants. Il évoque notamment un certain Tiki de plus d’une tonne façonné en 5 jours. Dans son récit, ce qui est déjà de la sculpture semble être un combat corps  à corps.

Karel-Muller1.jpg

Premières ventes, sa production décore des hôtels de Bora Bora. Il faut maintenant honorer des commandes, « j'ai peu dormi certaines nuits mais maintenant j'ai l’expérience, je vais beaucoup plus vite avec un meilleur résultat » confie t-il. Ses autres activités en souffrent et il va peu à peu les délaisser : « je ne pouvais plus pêcher ou m'entraîner à la rame correctement, il fallait absolument que je sculpte quelque chose chaque jour, je ne pensais qu'à ça ».

Inspiré par son environnement naturel et les légendes locales, il travaille le miro (bois de rose), le tou,  le purau, le cocotier, le tamanu…, diverses essences indigènes qui offrent toute une palette de couleurs différentes. Il réalise également sur commande divers objets d’après des photos et des modèles. Admiratif et assez proche de ses collègues marquisiens, Karel  se dit avant tout « maohi des Iles sous le Vent », l'artisanat des maoris de Nouvelle Zélande ou de la lointaine Rapa Nui « c'est autre chose ». Cela lui permet aussi d'être assez libre dans ses réalisations puisqu'il pense que la sculpture est assez peu codifiée ici et qu'il peut ainsi s'affranchir d'un modèle traditionnel trop pesant.

Karel Muller2

Outre dans son show room à côté de son atelier, Karel expose et vend ses œuvres, toutes faites maison,  sur un stand au premier étage du marché d’Uturoa.  Régulièrement, il participe également à diverses expositions à Tahiti et Raiatea. Sculptures (Tiki, umete, poissons…) instruments de musique (toere, pahu, ukulélé…) rames, lampes, bijoux réalisés en famille avec sa femme Augustine et ses enfants, la production variée de Karel a de quoi séduire bien des amateurs d’artisanat d’art Polynésien.

Karel-Muller3.jpg

Amoureux des arbres de son fenua, Karel s’interroge aujourd’hui sur la raréfaction de certains d’entre eux. « Sur 25 variétés d’arbres à pain qui existaient auparavant, il en reste maintenant seulement une dizaine »  regrette t-il. Il revient aussi sur l'utilisation de certains de ces arbres en médecine traditionnelle qui leur avait donné un statut particulier les protégeant : « autrefois personne n'aurait abattu la pharmacie !!! ». En dehors de ses problèmes personnels d'approvisionnement en matière première, c'est aussi la modification des paysages de son île qui l'attriste ainsi que le manque d'intérêt pour le maintien de ces espèces.

- Pierrot et SR -

Partager cet article

Repost 0

commentaires

. maggy brulé 28/04/2014 15:43

jai connu m karel et son epouse formidable culteur et quel culture bde son pays un homme pleind de bontee et sagette je vous le recomande maggy et philippe quel bon souvenir ils nous ont laisses et
ravie davoir achetté une culture

Présentation

  • : La Gazette de Raiatea et Tahaa
  • La Gazette de Raiatea et Tahaa
  • : Diffusion gratuite d'informations sur ce qui se passe à Raiatea et Tahaa
  • Contact

Donner la meilleure image de nos Îles

  

Carnet rose

Iaorana